Les Elohim (1)

Avatar de l’utilisateur
Tsophar
Messages : 4
Enregistré le : dim. 23 oct. 2016 06:15
Religion : Aucune
Localisation : Belgique

Les Elohim (1)

Messagepar Tsophar » mar. 25 oct. 2016 07:12

Dans l’original hébreu, c’est en majeur partie le mot Elohim qui a été traduit par Dieu. Que peut-on dire de ce vocable au vu de nos connaissances actuelles ?
Dans l'introduction de la Bible Darby, on peut lire : « Des trois formes hébraïques, Elohim, Eloha et El, que nous rendons par « Dieu » les deux dernières sont distinguées de la première par des astérisques #, * : voyez les notes à Genèse 1 : 1 et 14 : 18. Ainsi « Dieu » représente Elohim, qui est la forme ordinaire ; *Dieu est pour El ; #Dieu pour Eloha ».
Note Genèse 1 : 1 : Elohim (pluriel d’Eloha ( ?), le Dieu suprême), la Déité dans le sens absolu.
Note Genèse 14 : 18 : El, le Fort, distingué toujours d’Elohim (Dieu) et d’Eloha (#Dieu) par l’astérisque *.

Avec les moyens modernes mis à notre disposition et un peu de travail, il est facile de remettre les noms exacts à leurs places d'origine au départ de la traduction élaborée par Darby et cela nous permet de découvrir des choses intéressantes que les traductions habituelles ne permettent pas de discerner.
Par exemple, on peut lire dans les Psaumes au chapitre 18 et aux versets 31 et 32 (dans la version Darby) :
Car qui est #Dieu, hormis l’Éternel, et qui est un rocher, si ce n’est notre Dieu, le *Dieu qui me ceint de force et qui rend ma voie parfaite ?
Si l’on tient compte de ce qui a été dit ci-dessus, on devrait traduire ce verset de la façon suivante :
Car qui est Eloha hormis Yehvah, et qui est un rocher, si ce n’est notre Elohim, l’El qui me ceint de force et qui rend ma voie parfaite ?

Roger Vigneron dans son étude intitulée « Elohim, une autre lecture de la Bible » (Editions La vague à l’âme) ouvrage de référence sur le sujet, qui n’est malheureusement plus publié aujourd’hui, écrit ceci au sujet du mot Elohim : « Le mot hébreu qui nomme l’entité première de la Bible est composé de cinq lettres : aleph, lamed, hé, yod, mem. Après interversion du sens de lecture et transcription en caractères latins, cela donne : ALHIM.
Du Ve au Xe siècle après Jésus-Christ, les Massorètes (des rabbins dépositaires de la tradition ancestrale) ont ajouté, au texte hébreu de la Bible, qui est dépourvu de voyelles, les ponctuations qui en permettent, depuis lors, la vocalisation standard. C’est ainsi que, dans le système massorétique, ALHIM se prononce ELOHIM. Cette prononciation-là est retenue par la langue française tant écrite que parlée. Elle colle parfaitement à l’hébreu.
Le mot ALHIM est formé du radical ALH et du suffixe IM. Le radical ALH se prononce ELOHA, et se contracte dans la forme EL. En hébreu, le suffixe IM marque toujours le pluriel. Le mot ELOHIM est très précisément le pluriel du mot ELOHA, simplifié dans le mot EL. Structurellement ELOHIM signifie donc “les ELOHA” ou “les EL “. Mais, en hébreu, on ne dit ni “les ELOHA” ni “les EL “, on dit tout simplement ELOHIM. C’est si vrai que si l’on dit, en français, “les ELOHIM “, on s’offre un pléonasme... qui a au moins le mérite de souligner le sens que le mot possède en lui-même ».
Il écrit aussi, à ce sujet :
« […], ELOHA-EL, c’est L’AUTRE, et, par conséquent, intrinsèquement, ELOHIM, c’est LES AUTRES. Autrement dit, à une époque extrêmement reculée, les hommes ont constaté la présence, sur la Terre, d’une espèce d’êtres qui, pour eux, étaient LES AUTRES ».

Suivant Fabre d’Olivet :
« Elohim est le pluriel du mot Eloha, nom donné à l’Etre Suprême, par les Hébreux et les Chaldéens, dérivant de la racine EL qui peint l’élévation, la force et la puissance expansive et qui n’est pourtant dans son sens abstrait que le pronom relatif celui ou ceux ».
On aurait donc :
Oha = verbe être
El-oha = Celui qui est
El-ohim = Ceux qui sont

En fonction de ce qui a été dit ci-dessus, dans cette version, au premier verset du Livre du Commencement, on devrait donc lire : Au commencement, avant que les Elohim n’aménagent les cieux et la terre …, traduction libre de l’hébreu «Bereshit bara Elohim et ha shamaïm vé et ha éretz». Dans la plupart des traductions modernes, le mot « Elohim » est remplacé par « Dieu ». Seulement, comme nous l’avons vu, le mot Elohim, ne peut pas signifier « Dieu ».

Avatar de l’utilisateur
tamar35
Messages : 3
Enregistré le : mar. 25 oct. 2016 20:30
Religion : chrétienne

Re: Les Elohim (1)

Messagepar tamar35 » dim. 30 oct. 2016 20:41

Élohîm est souvent sujet d'un verbe.
Pourquoi Élohîm est-il sujet de verbes au singulier (à trois exceptions près) ?

Avatar de l’utilisateur
Tsophar
Messages : 4
Enregistré le : dim. 23 oct. 2016 06:15
Religion : Aucune
Localisation : Belgique

Re: Les Elohim (1)

Messagepar Tsophar » mar. 1 nov. 2016 08:00

Normalement, Elohim est un pluriel et le verbe qui suit ce nom devrait être au pluriel. Dans le cadre d'une religion monothéiste, il est impossible d'écrire les Elohim font... D'où la traduction Elohim fait... Ne sachant pas ce que signifie exactement le nom Elohim, on l'a remplacé par Dieu. C'est ce que l'on trouve dans toutes nos Bibles.

Avatar de l’utilisateur
Artho
+ de 50
Messages : 65
Enregistré le : lun. 24 oct. 2016 11:02
Religion : Catholique

Re: Les Elohim (1)

Messagepar Artho » jeu. 10 nov. 2016 17:04

Donc, concrètement, les juifs d'aujourd'hui(mais aussi d'un passé très lointain) désignent par ''Elohim'' (un mot pluriel signifiant''les autres'' et, de façon inappropriée, rendu par par le mot ''Dieu'' chez les chrétiens) une entité composite (multiple) dont ils n'ont pas connaissance du nom (ou des noms) et encore moins de son (ou de leur) origine.

Pour mieux visualiser on peut dire : c'est comme si nous étions partis à plusieurs visiter les profondeurs de la Terre. Qu'on était tombé nez à nez avec des entités qui ressemblent à de la vapeur. Entités capables de fusionner et paraissent détenir une certaine intelligence. Qu'on les appelle ''lueurs''. Mais qu'avec le temps, ce mot banal ''lueurs'' devient ''Lueurs'' et qu'avec ça - parce que tellement mystiques, distants mais apparemment plus évolués que nous - nous finissions par les élever au rang de choses qui nous auraient conçus; ce qu'on se met à croire.

Réfléchissant ainsi, si nous n'admettons pas qu'au sujet d'Elohim (Dieu par extension aussi) nous ne savons pas grand chose et que tout ceci qui est, très curieux doit au moins nous pousser à chercher à en savoir plus et ce, tout en étant distant par rapport aux récits (Torah, Bible et compagnie). C'est qu'alors nous ne pouvons ni grandir ni évoluer; situation et statut plutôt dommageables pour notre espèce.

Retourner vers « Enseignements religieux »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité